Accueil Santé Quels sont les signes de tension dans l'oeil ?

Quels sont les signes de tension dans l'oeil ?

Quels sont les signes de tension dans l'oeil ?

Lorsque les gens entendent le mot "glaucome", ils sont nombreux à associer cette maladie oculaire à une pression oculaire élevée (également appelée pression intraoculaire ou PIO). Cependant, la relation entre le glaucome et la pression oculaire est complexe et a évolué au fil du temps.

Historiquement, le glaucome était identifié comme une maladie dans laquelle l'œil était ferme ou dur en raison d'une pression oculaire élevée. Cependant, les médecins ont progressivement compris que le glaucome peut survenir même lorsque la pression oculaire est normale, ce qui le rend parfois plus difficile à diagnostiquer. Aujourd'hui, la pression oculaire est considérée comme un facteur de risque majeur de glaucome mais n'est pas incluse dans la définition de cette maladie oculaire. Le contrôle de la pression oculaire joue également un rôle majeur dans le traitement du glaucome. La diminution de la pression oculaire est le seul traitement dont nous disposons actuellement, que ce soit par des médicaments, le laser ou la chirurgie.

Quelle est la cause de la tension dans l'oeil ?

Dans de nombreuses formes de glaucome, la pression oculaire est élevée. Qu'est-ce qui est considéré comme "trop élevé" ?

Tout d'abord, nous savons que, statistiquement parlant, une pression oculaire supérieure à 21 mm Hg (millimètres de mercure) n'est pas très courante dans une population généralement en bonne santé. Nous savons également que la pression oculaire a tendance à augmenter avec l'âge, car le système de drainage ne fonctionne pas aussi bien.

Deuxièmement, nous savons qu'un nerf optique en bonne santé peut supporter une pression oculaire plus élevée qu'un nerf optique en mauvaise santé. Par exemple, les patients dont le nerf optique présente des signes de maladie plus avancée ont probablement besoin d'une pression oculaire plus faible pour éviter l'aggravation du glaucome.

Troisièmement, la pression oculaire qui est "trop élevée" pour votre nerf optique est parfois déterminée au fil du temps. Supposons que vous commenciez un traitement par gouttes ophtalmiques pour abaisser la pression oculaire et que vous réussissiez à la faire baisser de 20 %. Cependant, votre glaucome continue de progresser lentement. Dans ce cas, malgré la baisse initiale de la pression oculaire, votre ophtalmologiste peut déterminer que cette nouvelle pression oculaire plus basse est encore "trop élevée" et que vos yeux ont besoin d'une pression oculaire encore plus basse.

Enfin, il est important de savoir que la plupart des patients atteints de la forme la plus courante de glaucome, le glaucome primaire à angle ouvert, ont une pression oculaire élevée mais ne ressentent aucune douleur. Le glaucome est souvent appelé le "voleur silencieux de la vue", car les patients ne présentent des symptômes qu'à un stade avancé de la maladie, lorsqu'ils remarquent une perte de vision centrale.

Glaucome avec une pression oculaire normale

Une autre forme de glaucome est appelée glaucome à tension normale. Si une personne est atteinte d'un glaucome à tension normale ou à pression normale, sa pression oculaire n'a jamais été enregistrée au-dessus de 21 mm Hg, et pourtant elle présente des lésions du nerf optique. Cela signifie-t-il que sa pression oculaire n'a jamais été supérieure à 21 mm Hg ? C'est difficile à dire car une seule mesure de la pression oculaire à un moment donné, un jour donné, dans le cabinet de l'ophtalmologiste, est un minuscule "instantané" de ce qu'est réellement la pression oculaire.

On pense que les patients atteints de glaucome à tension normale ont des nerfs optiques plus sensibles, de sorte que même à des pressions oculaires normales, le nerf optique dégénère lentement. En outre, même si la pression oculaire est "normale", le traitement est le même : abaisser la pression oculaire par des médicaments, le laser ou la chirurgie. Des essais cliniques randomisés bien conçus, dont la Collaborative Normal Tension Glaucoma Study (CNTGS), ont montré que la réduction de la pression oculaire chez les patients atteints de glaucome à tension normale ralentissait la progression du glaucome. La CNTGS a été la première étude de ce type à montrer qu'une diminution de 30 % de la pression oculaire réduisait la progression de la maladie chez les patients atteints de glaucome à tension normale.

Tension dans l'oeil : comment faire ?

Votre ophtalmologiste vous parlera peut-être de votre "pression oculaire cible". Il s'agit d'une pression oculaire cible qui, selon votre ophtalmologiste, empêchera votre glaucome de s'aggraver. Il n'existe pas de formule magique, mais elle est basée sur l'état de votre nerf optique, les résultats de vos tests de champ visuel et le jugement clinique de votre ophtalmologiste, entre autres facteurs. C'est un bon objectif à atteindre, mais ce n'est pas le seul facteur à prendre en compte. Et, même si vous avez une pression oculaire cible, il est important de reconnaître qu'une seule mesure de la pression oculaire au cabinet ne reflète pas vraiment la moyenne de votre pression oculaire, jour après jour, semaine après semaine ou mois après mois.

Enfin, votre pression oculaire cible peut changer au fil du temps en fonction de la stabilité de votre glaucome. Par exemple, si votre glaucome est stable depuis longtemps, votre ophtalmologiste ne sera peut-être pas aussi préoccupé par une mesure de la pression oculaire légèrement supérieure à l'objectif. En effet, la pression oculaire peut varier en fonction de l'heure de la journée, du moment où vous avez instillé votre dernière dose de collyre (si vous êtes sous traitement), de votre niveau de stress et d'autres facteurs. D'autre part, si vous continuez à manifester une aggravation du glaucome malgré le fait que vous ayez atteint votre pression oculaire cible, votre ophtalmologiste peut décider de réviser la pression cible à un niveau encore plus bas.

Vous aimerez aussi :